La biodiversité, thématique à suivre pour l'industrie Cosmétique

Crédit Photo - Dominique Silberstein pour l'UEBT





Alors que l'année 2010 a été proclamée année internationale de la Biodiversité, l'industrie cosmétique était réunie le 16 Avril 2010 au Palais de Tokyo durant une conférence intitulée "The Beauty of Sourcing with Respect" organisée par l'UEBT (Union for Ethical Biotrade).


Pourquoi s'y intéresser? En quoi cela influence-t-il l'industrie cosmétique? Autant de questions qui ont été abordées lors de cette journée.



La biodiversité représente la variété de la vie qu'il y a sur Terre ainsi que les modèles naturels qu'ils constituent. Mais la biodiversité est également un écosystème fragile, aujourd'hui menacé et la perte en biodiversité devient alarmante (le CBD estime que les espèces disparaissent à un rythme jusqu'à 1000 fois supérieur au aux naturel du fait de son utilisation non-durable).


L'industrie Cosmétique s'approvisionne de plus en plus d'ingrédients naturels, source d'activité mais également source d'histoires ou de propriétés inspirées souvent des savoir-faire traditionnels. Alors comment d'assurer que la filière naturelle soit respectée? Comment préserver le savoir-faire des populations autochtones qui vivent de cette biodiversité et ne pas déraper vers de la biopiraterie? Comment s'assurer de l'Ethique et du respect pour les actifs naturels sourcés par cette filière.


Durant cette conférence, plus d'une quinzaine d'intervenants, ont fait le point sur la situation et les évolutions qui ont un impact pour l'industrie.

Joshua Bishop, coordinateur du rapport "TEEB for business" (The Economics and Ecosystems and biodiversity) a rappelé l'importance d'une étude faite par 200 scientifiques et dont les résultats seront annoncés en octobre 2010 lors de la conférence international de Nagoya, organisée par les Nations Unies dans le cadre de la Convention pour la Biodiversité (CBD).

Marcos Vaz, Directeur du Développement Durable (Natura) a rappelé les exemples concrets fait par la société Natura en matière de préservation de la biodiversité . Il a également insisté pour un respect de la biodiversité, source d'innovation pour les entreprises et sur le respect des savoir-faire des collectivités: "Natura does not protect any technology that is derived from traditional knowledge".


La conférence a également permis à l'UEBT de présenter les résultats de son Baromètre International de la Biodiversité.

La facette Consommateur de ce Baromètre mené avec IPSOS auprès de 5000 personnes en France, Allemagne, UK, USA et Brésil révèle que la Biodiversité est une tendance qui se confirme en 2010:

  • 60% des consommateurs Européens et Américans disent savoir ce qu'est cette notion, alors que les Brésiliens affichent 94%.

  • 97% des consommateurs Européens et Américains souhaiteraient avoir plus d'informations sur le sourcing des ingrédients naturels issus de la biodiversité et 81% à indiquer qu'ils arrêteraient d'acheter des produits de sociétés qui ne respectent pas la biodiversité.

La facette "Industrie" du Baromètre, une analyse faite des communications des 100 plus grandes industries de la Beauté (tiré du Top 100 du WWD), a révélé qu'alors que 52% des entreprises communiquent sur la thématique du développement durable, seulement 21 d'entre-elles mentionnent la biodiversité, et uniquement 12 mentionnent des pratiques de sourcing respectueux de la Biodiversité. Etonnament, les sociétés "bio" ou naturelles ne communiquent pas plus que les autres sur ces sujets. Comme l'indiquait Rik Kutsh Lojenga, Directeur Exécutif de l'UEBT, "Cela ne veut pas dire qu'ils ne le font pas, l'étude révèle juste ce qu'ils communiquent sur le sujet".


Enfin, signe que la thématique devrait se développer dans le futur, la couverture médiatique, dernière facette de ce barométre, a montré une augmentation de 32% des mentions de la biodiversité dans les articles de presse. A noter néanmoins que les articles sur les pratiques liées à la biodiversité dans l'industrie cosmétique sont souvent critiques...


Un baromètre qui indique l'émergence de cette thématique et la nécessité, pour l'industrie cosmétique, de s'engager sur une transparence et une pratique respectant cette biodiversité.


La conférence a également été l'occasion d'échanger sur les pratiques qui s'instaurent petit à petit dans l'industrie.


Fleur Rodriguez-Gallois, en charge du Programme de Développement Durable de Kenzo, a présenté la stratégie axée sur la Biodiversité de Kenzo.

Claude Fromageot, Directeur de la Recherche et Développement d'Yves Rocher a également donné la position de sa société dans le cadre des brevets et de la protection des savoir faire.

Autant de projets mis en place mais qui nécessitent du temps étant donné la complexité des filières d'approvisionnement de l'industrie et le nombre de fournisseurs/intervenants engagés.

Pierre Cornette de Saint Cyr, Président du Palais de Tokyo, avait introduit la conférence par ces quelques mots :"La beauté sauvera le monde » disait Dostoïevski… Sauvons-le par la beauté et par l’intelligence"! A suivre...


Pour en savoir plus sur la conférence, lire la page presse de l'UEBT: ici


Pour lire notre article sur l'évènement 2009 : ici

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le rapport à la Beauté aux USA - 5 thématiques à suivre

Le déploiement des écrins de la beauté