Après les Locavores, voici les Fémivores!



La crise économique a fait émerger des nouveaux modèles de consommation en bousculant les acquis et en accélérant des prises de conscience sur la fragilité de notre système et de notre planète. Depuis quelques années, on parle d'un phénomène tout droit venu des USA, celui des locavores. Un consommateur privilégiant l'achat de produits locaux, afin de minimiser sont impact Carbone.
Même les produits cosmétiques avaient suivis cette tendance, avec, des revendications d'ingrédients sourcés localement (ex Pink, cosmétique green de la marque Victoria Secret privilégiant le "US-Sourced" ou Intelligent Nutrients, et ses ingrédients issus de la ferme du Wisconsin).
Depuis le début de l'année, on évoque une nouvelle "tribu" green venant tout droit des USA, qui prône le "do-it-yourself", la sauvegarde de la planète (en consommant local) et l'enrichissement spirituel personnel : ce sont les Fémivores.

Michelle Conlin, épouse de l'auteur du livre "No Impact Man", fait partie de ces adeptes. Elles sont souvent diplômées, urbaines mais ont décidé de changer de vie de façon radicale. Elles sont locavores, mais veulent également se réinvestir dans la vie de leur foyer et se recentrer sur la relation avec leurs proches. Une façon de renouer avec un style de vie plus authentique. Au programme, des potagers qui se développent sur les toits des appartements ou dans les jardins (après la maison blanche, c'est 35% des foyers américans qui cultivent désormais leur potager), le déploiement du "home-making", et, pour certaines, l'abandon du blackberry!



Source : New York Times - "The Femivore's dilemma", Elle juin 2010 - "Les Green Féministes rentrent à la maison" et le livre "Radical Homemakers" - Shannon Hayes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le rapport à la Beauté aux USA - 5 thématiques à suivre

Du désir de singularité à l’envie de liberté: Le nouveau luxe et ses expressions dans la beauté (première partie)

Le déploiement des écrins de la beauté