mardi 26 octobre 2010

Tendances du HBA New York 2010- Le Marché USA en ébullition


Présentation de Ido Leffler - Fondateur de Yes to

Le mois de Septembre est LE mois des salons pour la Beauté. Après le Salon Beyond Beauty qui a eu lieu à Paris du 12 au 18 septembre 2010, cap sur le salon HBA (Health and Beauty America) à New-York du 28 au 30 Septembre 2010!

Au programme, un salon dédié à la beauté et une liste de conférences autour des grands courants de la cosmétique : les nouvelles formes de distribution aux USA, les nouvelles technologies et en particulier les réseaux sociaux, leurs impacts sur le monde de la Beauté et enfin la tendance Green.

Voici un panorama rapide autour de chiffres clés évoqués lors de ce salon :

150 mllionsde shoppers par semaine


C'est le chiffre annoncé par Carmen Bauza, VP de Walmart au HBA : "150 million people shop every week in our stores" et l'enseigne, composée de 4000 portes aux USA, a décidé d'adopter une stratégie d'attaque pour développer ses ventes d'hygiène-beauté.

D'après Alisa Marie Beyer, présidente de la société "The Benchmarking Group", leur "Pink Report" révèle que les américaines sont fières d'y faire leurs achats (70% disent volontiers qu'elles y font leurs courses et 22% revendique leur satisfaction d'acheter "smart". Elles y font de plus en plus d'achat d'hygiène beauté (65% des "top earners" désignent Walmart dans le top ranking des lieux d'achats d'hygiène beauté). Au programme de la stratégie beauté de l'enseigne, installer un environnement pour déclencher le plaisir du shopping, la déculpabilisation et l'accessibilité . "The key question was how to take care of her while she is overwhelmed and has limited budget" annonce Carmen Bauza. Cela se traduit par un réaménagement de leurs espaces beauté (200 à 800 points de vente/an), la création d'outils de conseil via le logiciel EZface (voir la vidéo ici), des campagnes publicitaires "Lifestyle" et de nouvelles collaborations avec les marques de niche (comme avec la marque Hard Candy, exclusivité Walmart).


2 360 m2 d'expérience beauté (25 400 square feet)

C'est la surface rénovée par le Department Store Bloomingdale's sur la 59e rue fin 2009, un évènement appelé "The biggest make-over of New-York". Howard Kreizman, VP Perfumes and Beauty chez Bloomingdale's, présentait lors de la conférence "The Changing Face of Beauty Distribution", le portrait du nouveau consommateur pour qui la séparation entre les circuits n'existent plus, où le shopper passe d'un circuit à l'autre, "tweet" ses impressions pour les partager et n'hésite pas à surfer sur le net avec son smartphone pour apprendre davantage sur la marque : "Consumers are wiser, more intelligent and there are a few paths for success". La création de l'expérience shopping , un environnement plus high-tech (écrans) et un service adapté au besoin a guidé la rénovation de son Flagship à New York. Dans cette stratégie, la collaboration de Bloomingdale's avec Space NK a abouti à la création de 14 "Shop in the Shop" et l'arrivée d'une offre autour d'une 50 aine de marques de niche et d'un conseil multi-marques via des espaces dédiés.


1,225,833 de Fans de Mac Cosmetics sur Facebook

D'après le site stylophane.com, il y a plus de 6 millions de fans de marques de beauté sur Facebook, la marque MAC étant numéro 1. Durant la conférence du HBA intitulée "Social Media - Marketing of the 21st century", Stacy Mackler de l'agence EuroRSCG, a déployé les chiffres clés des nouveaux réseaux sociaux : 46% de la population américaine visite au moins une fois par mois Facebook. Plus étonnant, pour 1/3 des femmes de 18-34 ans utilisatrice de Facebook, leur connection à ce réseau est le premier geste du matin, avant le brossage de dents ou le soin du visage! Twitter, Youtube, LinkedIn et les blogs sont autant de conversations autour des marques sur les réseaux sociaux. La beauté est au centre des discussions sur les réseaux sociaux. "Women are social by nature", explique Stacy Mackler. Les femmes discutent sur la toile, elles passent 5,5 heures par mois "on line" alors que les hommes ne passent que 3,9 heures. Cette plateforme devient donc incontournable pour les marques de beauté. D'ailleurs, la marque de maquillage Purple Lab, créée par Karen Robinovitz, ancienne journaliste beauté, s'est appuyée à 100% sur les réseaux sociaux et bloggeurs pour lancer sa marque : collaboration de bloggeuses, vidéos de bloggeuses sur YouTube (action YouHaul) et pages Facebook.


+13,7% de croissance moyenne du segment naturel en soin entre 2004 et 2009 aux USA (source : Kline)

La tendance Green était omniprésente durant le salon, côté packaging comme côté conférences. Durant celle inittulée "The future of Skincare", les chiffres de croissance de ce segment en soin restent bien au delà de la croissance moyenne aux USA (+ 13,7% en moyenne sur les 5 dernières années, par rapport à +3,8% pour l'ensemble du marché soin - Source Kline). Un marché qui accompagne sa croissance d'une sur-segmentation de son offre et qui pousse les marques à aller au delà du simple bénéfice "Bio".
Ce phénomène s'est renforcé aux USA avec la distribution Wholefoods (80% des LOHA's feraient leurs courses chez Wholefoods), véritable temple de l'attitude Green. Une distribution charnière pour les marques Green, comme l'a décrit Ido Leffler, Fondateur de Yes to (Carrots, Tomatoes,...). Sa marque est une véritable success story : créé en 2005, la marque est passée en 4 ans de 16 points de ventes pour 6 produits à 30 000 points de ventes et 60 produits dans 28 pays. D'après Ido Leffler ,"Our consumer is Urban chic, positive, creative and savvy... she is not all natural and it doesn't mean she is evil". Une attitude d'ouverture et loin des diktats de certaines marques bio. Une expression de la marque qui est aujourd'hui axée sur une attitude positive, positionnée autour de son logo exprimant le positif "Yes to" et sur une expression d'optimisme, d'humour et de connection autour d'un contrat beauté naturel.
Au même titre que les consommatrices passent d'un circuit à l'autre, d'une source d'information à l'autre, elles mélangent produits naturels et traditionnels ... une réalité loin des clivages/segments exprimés par les professionnels et qui crée une mosaïque d'expressions dans le profil des consommatrices de demain.

lundi 25 octobre 2010

La beauté "locavore" - une nouvelle facette de la beauté green

Le Guide du Locavore - Anne-Sophie Novel




Au départ, le mouvement "Locavore" était celui des adeptes du local : le principe consistait à sélectionner des produits alimentaires dont l'origine géographique se situait dans un périmètre d'environ 160 kms. Ce mouvement prônant initialement la nécessaire adaptation de l'homme à son environnement a pris de nouveaux airs avec la montée des choix écologiques (réduction de l'impact carbone) et plus récemment l'envie plus altruiste de privilégier les petits producteurs.

Désormais, certaines marques de beauté semblent prendre cette direction et en particulier les marques de niche, comme celles présentes au Salon Beyond Beauty 2010. Leur nouvel axe de conviction et de communication : privilégier le local, aider les petits producteurs et proposer des produits de beauté dont le "sourcing" et la fabrication se concentrent dans un périmètre restreint. Après le lait issu de petits producteurs, les paniers bio locaux,.etc., la cosmétique bio prend des allures locavore. De nos fourchettes à nos pots de crème, le pont est désormais bien là!

1. Le Made in France - Sourcing in France :


Pomarium


Privilégier la fabrication française et valoriser son patrimoine, c'est le credo de la marque POMARIUM. Le développement du commerce équitable local et la valorisation des vergers normands sont deux valeurs fortes de la marque qui puise ses actifs, les polyphénols de pommes, en Normandie. La créatrice de la marque, Fanny Marouani, intervenante dans la conférence du Beyond Beauty intitulée "En quoi la cosmétique peut-elle aider à préserver la biodiversité", s'engage avec POMARIUM sur un axe dépassant le bio et propose des projets de valorisation du patrimoine des vergers français et des ressources végétales locales. D'autres marques adoptent un discours de sourcing local comme PULPE DE VIE. Cette marque privilégie le développement durable de proximité et une cosmétique "smoothie" locale (fruits & légumes), fabrication 100% française, avec des producteurs locaux des PME du Sud (80% d'ingrédients locaux achetés frais) et un partenariat avec l'association "un toit pour les abeilles" qui aide à leur préservation. La marque OFFICINEA, marque bio créée par un Pharmacien-Cosmétologue, évoque une gamme cosmétique 100% française, "de la conception à la fabrication", mettant l'accent ici sur la transparence et l'information.

2. La Pharmacopée Méditérranéenne :

Solyvia

Initiatives similaires, Corse cette fois, avec la marque SOLYVIA et la revalorisation des ingrédients issus de la pharmacopée méditerranéenne, notamment les plantes issues du patrimoine floral de la Costa Sellorva. La marque utilise des plantes rares et endémiques comme l'immortelle, la ciste, la carotte sauvage, la myrte ou l'argousier et propose une gamme d'huiles essentielles en format roll-on, qui soigne tous les petits maux et qui s'emporte partout. D'autres marques prônent également les richesses du pays et leur utilisation comme ingrédients cosmétiques. C'est le cas d'autres marques présentent au zoom du Salon Beyond Beauty comme IMIZA et FLAMINIA.

Le locavore était également à l'honneur au salon du SIAL puisque le mouvement était initialement un mouvement alimentaire. La tendance locavore en beauté est plus récente et elle répond à un consommateur qui exige désormais plus de renseignements sur l'origine et le sourcing du produit qu'il achète. C'est également un axe intéressant notamment pour les marques de niche, qui s'allient ainsi avec des petites sociétés locales, et qui, en collaborant, accèdent à une dimension plus grande!