Naturel, Développement durable et Biodiversité à l'aube du Sommet Rio+20


Photo Eric Lafforgue pour l'UEBT
Le marché de la cosmétique naturelle est en pleine progression ( +13,9% ces 5 dernières années – dépassant la croissance du naturel selon Kline en 2011) et la nature, la biodiversité, sont plus que jamais une immense source d’histoires pour l’industrie de la beauté, d’émotions et d’évocations pour le consommateur. 

Mais la nature la plus luxuriante est souvent la richesse de pays plus « pauvres » qui deviennent des ressources naturelles convoitées. A cette richesse naturelle s’ajoute des utilisations traditionnelles ou ancestrales qui mettent en avant les propriétés remarquables de cette nature, source d’inspiration pour les marques. 

Comment préserver cette biodiversité ? Comment préserver la propriété intellectuelle des collectivités qui vivent de la biodiversité ?


A l'occasion de la 4e conférence sur la Biodiversité organisée par l'UEBT, « the Beauty of Sourcing with Respect » qui s’est tenue jeudi 12 avril à Paris, bon nombre d'orateurs sont intervenus afin de sensibiliser l'industrie sur le respect de la biodiversité et plusieurs entreprises cosmétiques pour présenter leurs avancées sur leur chaines d'approvisionnement de la biodiversité et le respect des règles d'accès et de partage des bénéfices. 

Vingt ans après la Conférence internationale de Rio sur l’environnement et le développement en 1992, et dix ans après le Sommet mondial du développement durable à Johannesburg en 2002, l’Assemblée générale des Nations Unies a convoqué une conférence internationale "Rio + 20", qui se tiendra à Rio au Brésil du 20 au 22 juin 2012.  

Voici quelques points importants qui ont émergés lors de cette conférence.

Le secteur privé comme acteur dans la croissance de la notoriété et la sensibilisation aux notions de la biodiversité

David Ainsworth, du Secrétariat de la Convention de la Biodiversité a animé  la session consacrée aux consommateurs : " 2012 est sans doute une année cruciale pour la biodiversité ; et cela à l'aube du Sommet Rio+20. Il est important que le secteur privé s'engage dans le processus de sensibilisation sur la biodiversité pour permettre d'atteindre les objectifs fixés par les Nations Unies". 

 
Une notoriété de la biodiversité importante à travers le monde mais un vrai besoin de transparence et d'information pour regagner la confiance du consommateu

L'étude commanditée à IPSOS dans 8 pays en 2012 révèle que la notoriété de la biodiversité est de 63%, avec des niveaux particulièrement élevés dans des pays comme la France, le Brésil et la Suisse. Rémy Oudghiri, directeur du département Trends &  Insights chez IPSOS a présenté son analyse des résultats de cette édition. 
Environ 85% des consommateurs achètent des produits cosmétiques à base d'ingrédients naturels et 69% disent accorder de l'importance à l'origine des ingrédients. "Une sensibilité au naturel d'autant plus importante dans les pays émergents comme le Brésil, le Pérou ou l'Inde où la traçabilité est d'autant plus importante".. 
Source : istockphoto

"L'enjeu est la confiance, puisque les consommateurs à travers le monde ont perdu confiance dans les grandes marques et sont en attente de plus d'informations sur la manière dont les entreprises s'approvisionnent en ingrédients" (80% dans les pays occidentaux, 87% dans les pays émergents). 

Les entreprises cosmétiques communiquent encore trop peu sur la biodiversité et sur leurs pratiques de 'sourcing'


Même si les entreprises du top 100 communiquent plus qu'il y a 4 ans, les niveaux de communication restent limités (54% communiquent sur le développement durable/ 31 % sur la biodiversité - +10 et +18% respectivement vs 2009). D'après Rik Kutsch Lojenga, directeur de l'UEBT," il y a une réelle opportunité pour les marques d'initier avantage de communication sur le sourcing de la biodiversité puisqu'il s'agit d'une vrai demande de la part des consommateurs à travers le monde".

 


Les pays émergents comme la Chine et l'Inde sont  dans une quête de sécurité mais les notions liées au développement durable sont en croissance dans ces pays.

Leslie Pascaud, Director Sustainable Marketing at Added Value a présenté les perspectives des valeurs du naturel et du développement durable durant la session consommateurs. 
Des différences historiques existent dans ces deux pays émergents mais une similarité dans la quête d'un style de vie meilleur. En parallèle, le consommateur devient de plus en plus sensible au développement durable, fortement lié aux racines culturelles, à la nature de ces deux pays et qui font partie de la fierté de leur patrimoine. 


Chaque année, de nouveaux exemples concrets de progression de l'industrie marquent une réelle progression de notre industrie


Cette année, Beraca, Expanscience, Symrise, Natura et PhytoTrade Africa ont montré des exemples concrets d'actions ou d'intégration de la biodiversité dans leur politique de développement durable. Durant sa présentation, Karen Lemasson du  Laboratoires Expanscience, a présenté le plan CSR de l'entreprise et leur démarche concernant le respect de la biodiversité. L'entreprise a comme objectif, d'ici 2015, d'avoir tous leurs produits dermo-cosmétiques "eco-designed' et un plan CSR mis en place pour 100% de la chaine d'approvisionnement de leurs plantes.
 


Source : istockphoto


Alors que l’industrie prend une approche de plus en plus éco-responsable, que les consommateurs sont de plus en  plus sensibles à une plus grande transparence et à un plus grand sens de l'éthique, la filière d’approvisionnement doit plus que jamais être également transparente. 

Respecter la nature, respecter la biodiversité tout en protégeant les détenteurs de savoir-faire (les collectivités et les pays) sont autant d’enjeux important les marques, comme elles le sont pour les grandes Organisations telles que les Nations Unies (et la Convention pour la Biodiversité), et cela à l'aube du sommet de Rio+20.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le rapport à la Beauté aux USA - 5 thématiques à suivre

Du désir de singularité à l’envie de liberté: Le nouveau luxe et ses expressions dans la beauté (première partie)

Le déploiement des écrins de la beauté